Né en 1953 à Boulogne sur mer, l’enfance de Daniel Roger a baigné au bord des rivages de la Manche ce qui a certainement influencé sa création

artistique bien des années après.

De 1970 à 1977 il fait des études mécaniques et scientifiques, il apprend le dessin technique et la géométrie descriptive au lycée de Boulogne sur Mer et      

à la faculté à Lille.

En 1979, à la suite d’une rencontre, il décide de devenir artiste peintre. Ses débuts sont influencés par les « géométries » d’Escher.

En 1981, ses premières œuvres sont accrochées dans une galerie à Lille.

Dès lors de nombreuses expositions s’enchainent, il y fait la rencontre de plusieurs artistes renommés comme Hervé Télémaque, Kijno, Olivier Debré …    

Il participe aussi à des collectifs d’artistes .

En 1990, il fabrique ses premières sculptures avec le matériau qu’il a toujours privilégié : le papier.

Depuis il n’a cessé de questionner les formes avec une constante : l’utilisation du papier.

Ses nombreuses installations sont vues dans des lieux singuliers : le Cloître des Pénitents à Rouen, l’Abbaye de Jumièges, le Prieuré de Manthes,      

l’Abbaye de Nottonville, la Chapelle Saint-Julien; et dans des galeries à Lyon, Grenoble, Paris, Bruxelles.

Actuellement il est représenté à la galerie Art 4 à Caen et à la galerie Production Autre au Havre.

Toutes ses sculptures ont à voir avec ses souvenirs d’enfance et notamment le milieu marin et avec la mythologie de la nature qui entoure son atelier.

Son travail, c'est une promenade intuitive à travers l'histoire de la Nature (formes, traces, empreintes)

Son travail, c'est celui d'un archéologue qui découvre, couche par couche, la trace de la civilisation (revisite ou visite de textes mythologiques

comme l'Odyssée d'Homère)

Son travail se nourrit du Primitif pour appréhender l'aujourd'hui et l'après-demain. Ce n'est qu'un prétexte pour avancer, pour faire avancer.

Le regardeur fera le voyage ou pas.

 

(…) « Voyager, c’est faire un mètre ou deux, s’arrêter et regarder de nouveau un nouvel aspect des mêmes choses. » (…)       Alain in Propos sur le Bonheur.